HEADS WILL ROLL.
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 call it magic when i'm next to you. (r)

Aller en bas 
AuteurMessage
Emma Wolf
There's no meaning to a flower unless it blooms.
Emma Wolf

Messages : 135
Date d'inscription : 19/10/2014
Célébrité : jennifer lawrence.
Crédits : greer (avatar). - tumblr (sign).
Pseudo : l'oisillon bleu.
Id Card : twenty-two yo. - everett's assistant // dancer.

FIRST RULE: DON'T BREAKDOWN.
Mood: complicated.
Guilty Pleasures: glen miller, dance, French pastries, run, be present for his friends, james dean, play tennis, caramel, chocolate.
Contacts:

call it magic when i'm next to you. (r) Empty
MessageSujet: call it magic when i'm next to you. (r)   call it magic when i'm next to you. (r) EmptySam 13 Déc - 21:01



{ It's such a precious true,when anybody else but you . }

Les lumières qui éclairent la ruelle principale du quartier donnent un rythme effréné au monde de la nuit. Les décorations de noël sont massivement présentent sur les réverbères et les arbustes qui jalonnes les deux trottoirs de chaque côté de la rue. Les mains dans les poches de ta veste de saison noire, le souffle de ta respiration laisse s’évaporer une vapeur de buée qui témoigne du froid en cette fin de soirée. Le bout de tes doigts joue avec un morceau de papier que tu n’as cessée de froisser tout au long de la journée. Enervement, accès colérique ? La journée avait mal commencé surtout lorsque cela consisté avec un diner de famille, des affaires personnelles qui ne regardaient que toi et non l’implication de tes parents. Rien que d’y penser, tu sais que ta conscience repart sous l’ébullition de tout un tas d’interrogation. Tu soupires de lassitude pour laisser tout cela derrière toi, avant de reprendre ta marche d’un pas tranquille. Les talons discrets de tes chaussures claquent comme des centaines d’autres sur le bitume carrelé de pierres. Le bruit te rappelle d’une manière réconfortante le bruit de la canne de la directrice de l’opéra où tu suis tes études d’art de la danse. Un sourire silencieux et sincère prend naissance à la commissure de tes lèvres alors que tu bifurques quelques mètres plus loin pour voir l’enseigne de la boite de nuit scintiller d’une couleur on ne peut plus tape à l’œil. Sortant le morceau de papier roulé en boule dans ta poche, tu constates effectivement que le fils du patron de Fischer Bowman Ad. était fidèle à son discours. Un sacré personnage qui en dépit de sa ténacité avait su piquer ta curiosité sur de nombreux égards. Lizzie savait le dépeindre comme un jeune homme rebelle et téméraire, ton frère semblait lui conférer une certaine confiance. Pour autant, dans ton instinct naturel tu avais bien du mal à te défaire de ta méfiance. Toujours les mains dans les poches, tu presses tes lèvres en une ligne en mince avec les pensées de réflexion qui ne cessent de  se bousculer les unes contre les autres. Machinalement, tu t’avances à la suite de la file d’attente pour entrer dans le grand complexe. Les yeux de la gent masculine te couvent de haut en bas, des attentions qui tu éconduis sans le moindre mal. Une voix rauque t’interpelle, en te faisant signe d’approcher. Qu’est-ce qu’il pouvait bien te vouloir celui-là ? Jetant un bref regard autour de toi, tu ne peux feinter davantage ses signes. A force on l’aurait pris certainement pour un fou ou bien atteint de certains tics par habitude. Tu t’avances vers lui, t’ouvrant alors la corde rouge en direction de l’ouverture des invités. Arquant un sourcil, le videur dont la carrure était aussi fidèle que hulk émet un rictus narquois avant de te glisser à l’oreille que Milo l’avait prévenue de ton arrivée. Tu hochement lentement la tête, toujours sceptique. Voit donc le bon côté des choses pour une fois, songes-tu personnellement ! Au moins, tu n’avais pas besoin d’attendre dans le froid. Une fois à l’intérieur, le fond sonore d’une musique de jazz enivre les sens là où la foule déambule sur la piste de danse. Tu avais laissé ta veste au vestiaire, laissant apparaitre ta robe bleue encre de chine. Une tenue de soirée à ton image, mais qui pour autant attiré l’œil sans que tu le demandes. A vrai dire, tu trouvais cela plutôt lourd. Le bar laisse quelques places libres, preuve que le début de la soirée est loin d’être terminée. Le barman te salue d’un clin d’œil charmeur avant de poser un verre devant toi : un martini. En levant la tête, tu remarques que l’un des clients de ton frère t’a reconnu et lève son verre avant de le porter à sa bouche. Tu le remercies d’un bref hochement de tête, avant de te retourner vers l’ensemble de la boite de nuit. Milo t’avait dit qu’il serait parmi la foule, un défi pour le chercher. Il fumait comme un pompier, toujours une cigarette à la bouche. Un regard bohème et séducteur, un air ambitieux et confiant. Un chasseur choisissant ses proies ... Il était juste au centre de la piste et plutôt en bonne compagnie. Tu ne peux alors réprimer un rire amusé.

_________________
Step outside the scene they don't know you like I do. I can hear the morning birds light up on the branches and each in turn they sing of all without words. w/ lamontagne.
Revenir en haut Aller en bas
 
call it magic when i'm next to you. (r)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HEADS WILL ROLL. :: NEW YORK CITY. :: Bronx :: THE RIVER-
Sauter vers: