HEADS WILL ROLL.
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 ≡ won't you share. (cab)

Aller en bas 
AuteurMessage
Rita Burgess
BLACK PAINT ON A WILD CANVASS
Rita Burgess

Messages : 166
Date d'inscription : 25/08/2014
Célébrité : gabriella wilde
Crédits : my wife (avatar) + gabriellaswildes (gif)
Pseudo : rosieslullaby
Id Card : twenty-five yo, nurse (on vacation)

FIRST RULE: DON'T BREAKDOWN.
Mood: broken
Guilty Pleasures: my husband, flowers, be useful, nature,
Contacts:

≡ won't you share. (cab) Empty
MessageSujet: ≡ won't you share. (cab)   ≡ won't you share. (cab) EmptyLun 15 Déc - 15:57



crédits©gabriellaswildes+coliverwalsh/tumblr.

So all I see is black and white
in the darkness of the night

♫||►


Ils avaient à nouveau passer une soirée chez les parents de Cabell. La jeune femme sentait qu'il y avait une certaine tension au sein de cette famille mais que pourtant beaucoup d'amour en était imprégné. Elle aurait tellement aimé grandir avec tous les membres de sa famille. Elle avait eu tout l'amour possible avec son père et son frère, mais elle aurait tellement voulu en avoir plus. Une voiture les avait raccompagnés à leur appartement. Appartement situé dans l'Upper East Side que les parents du jeune homme avaient insisté qu'ils prennent. Son époux ne voulait pas faire d'histoire et avait donc accepté, mais elle ne lui en aurait pas voulu autrement. Elle n'était pas habitué à tout ce luxe qui se trouvait dans cet appartement. Elle en était à chaque fois frappée lorsqu'elle y entrait, comme ce soir. Certes, sa famille avait été autrefois fortunée, mais elle ne s'en souvenait plus vraiment. La guerre leur avait tout pris. Et les objets les plus précieux à ses yeux aujourd'hui se comptent sur les doigts de la main et peuvent pour la majorité s'emporter très facilement. L'un d'entre eux, a quant à lui, sa propre volonté. Un superbe collier de perles blanches qui avaient appartenu à sa mère, une photo de sa famille, la boîte à cigarette de son frère tombé au front, son alliance. Et Cabell. Il fut l'une des plus belles choses qui lui arriva. Il a su la charmer alors qu'elle ne le voulait pas. Il l'a fait rire alors qu'elle faisait tout son possible pour être impassible. Il a éveillé ce petit quelque chose qui a longtemps été brisé, enfermé, protégé dans son cœur. Il l'a réveillée, il l'a charmée, il l'a conquise. Et elle est tombée follement pour lui.
Ce soir pourtant, le vide qu'elle sentait en elle depuis quelques mois se faisait plus présent. Elle accrocha son manteau puis se dirigea vers la cuisine pour prendre un verre d'eau. Elle n'avait pas dit mot sur le chemin du retour. Depuis une bonne partie de la soirée, elle avait retenu ses larmes. Celles-ci faisaient maintenant leur apparition. Les enfants des frères de Cabell avait fait remonté en elle le fait qu'elle avait perdu le sien. Le Leur. Rita posa la main sur son ventre alors qu'elle regardait son mari qui venait d'entrer dans la cuisine. « Ça aurait du faire six mois. » dit-elle larmoyante. Son ventre aurait déjà été visible alors et il n'y aurait plus que trois mois avant l'arrivée de l'enfant. Elle se rapprocha de lui car pour la première fois, elle semblait voir des yeux légèrement vitreux sur son compagnon. Il n'avait rien montré, en tout cas face à elle, depuis que le drame était arrivée. « Pourquoi est-ce que tu ne montres rien?? » Sa voix était douce, triste et colérique à la fois, et une larme coula sur sa joue. Elle savait qu'il souffrait, mais lui ne montrant rien lui donnait l'impression qu'elle était la seule à vivre ce calvaire. Rita savait pourtant qu'il souffrait, mais elle voulait qu'il partage ses douleurs avec elle. Il était son épaule, son soutien, elle devait être le sien même si dernièrement elle n'était pas tout à fait elle-même, et plutôt distante. « Est-ce que ça t'affecte au moins un peu? » Elle venait de faire mal. Mais elle avait besoin qu'il s'ouvre. Ils avaient fait leurs voeux de partager toutes les épreuves. Elle était censé être sa femme, son amie, sa confidente, son amante. Il ne devait pas garder ses douleurs pour lui, même s'il pensait la protéger ainsi. Elle n'avait pas besoin de cette protection. Elle avait réussi à survivre jusqu'ici.

_________________

Honestly, you wan't to know but you can't. I believe, I want to believe, in anything. Can I come to your house? I'm caught in the ropes and the wires. The sun settles hard in the south. WINTER LIVES IN MY BONES. ≡ stars.
Revenir en haut Aller en bas
Cabell Burgess

Cabell Burgess

Messages : 24
Date d'inscription : 04/12/2014
Célébrité : Jack Falahee
Crédits : astoria (avatar)
Pseudo : Lovee (Jessica)
Id Card : 27 ans

FIRST RULE: DON'T BREAKDOWN.
Mood:
Guilty Pleasures:
Contacts:

≡ won't you share. (cab) Empty
MessageSujet: Re: ≡ won't you share. (cab)   ≡ won't you share. (cab) EmptyMar 16 Déc - 21:08


♢ ♢ ♢
Loving you forever, can't be wrong
Even though you're not here, won't move on.


Cabell pensait que revenir auprès des siens ferait du bien à son couple, mais aussi à lui-même. Il avait besoin de commencer un niveau chapitre dans son mariage. Il devait penser ses blessures comme celle de la perte d’un enfant. Cabell pouvait profiter de sa famille, de ses frères et sœurs d’une ambiance familiale. Il ne comprenait pas l’importance de sa famille avant de ne plus l’avoir auprès de lui. Il espérait aussi un jour avoir des enfants auprès de lui pour les fêtes. Il ne voulait pas devenir un père absent qui manquerait tout. Il admirait son père. Malgré leurs différences il est resté présent. Il espère être à sa hauteur un jour. La soirée qui venait de s’écouler n’était pas mal. Les parents du jeune homme apprenaient doucement à connaitre sa femme et c’était une bonne chose. Il voulait qu’elle passe du temps avec eux pour qu’ils tombent aussi amoureux d’elle. Elle avait tellement de choses à offrir au monde. Cabell avait passé une bonne partie de la soirée à s’occuper de ses neveux. C’était vraiment agréable pour lui. Il avait ce que je ne sais quoi avec les enfants. Il se sentait dans son élément. A tel point qu’il ne se rendait pas compte que Rita tombait en morceau ce soir. Il était dans son monde. Pour une fois il avait pensé à lui et avait passé un bon moment ce qui lui faisait du bien. Puis elle parla de leur enfant. Rita n’arrivait pas à passer à autre chose. Elle ressassait le passé. Cabell n’était pas d’accord avec sa façon de faire. Il voulait aller de l’avant. Y penser lui faisait trop mal. Il resta alors silencieux en espérant qu’elle passe à autre chose. Qu’attendait-elle comme réponse ? Il n’y avait pas de bonne réponse à ça. Visiblement le silence ne plaisait pas à Rita. Lorsqu’elle lui demanda pourquoi il ne montrait rien il resta sans voix. N’avait-elle pas compris ? Il ne pouvait pas s’effondrer alors qu’elle le faisait. Ils ne pouvaient pas être deux à le faire en même temps. Il ne voulait pas noyer leur couple dans le chagrin.Il se retenait de montrer ses émotions pour épargner la femme qu’il aimait. Alors il jouait les hommes forts. Finalement elle ressentait ça comme un manque d’émotion. Pire elle pensait que ça n’affectait qu’elle. Si elle cherchait à le blesser alors elle avait réussi. Elle avait été tellement concentré sur la perte du bébé, sur ce qu’elle ressentait qu’elle n’avait pas pensé à lui. Il avait aussi perdu son bébé, leur enfant. Elle n’était pas seule à avoir le cœur brisé cependant il n’en faisait pas étalage. Sans compter que son père lui avait bien appris qu’un homme ne doit pas montrer ses émotions. Il n’allait pas se mettre à pleurer ça ne résoudrait rien. « C’est vraiment ce que tu penses ? » Lui demanda Cabell en la regardant droit dans les yeux. Il n’en revenait pas qu’elle ose lui dire tout ça. Il avait l’impression que sa propre femme ne le connaissait pas. Il se sentait vraiment blessé par ses paroles. Il n’était impassible comme elle le pensait. «  Tu sais quoi je ne répondrais même pas à ça. » Lui dit le jeune homme avant de continuer à faire ce qu’il voulait. Il tenait à éviter la confrontation. Il ne pensait pas que quelque chose de positif pourrait sortir d’une dispute. Rita n’était pas prête à regarder la vérité en face. Si elle avait besoin de frapper quelqu’un pour se sentir mieux alors elle pouvait se trouver quelqu’un d’autre. Il ne tenait pas à être son souffre-douleur. Il avait assez été présent pour elle. Cabell pensait mériter mieux comme traitement. Il lui avait donné son épaule pour pleurer, il l’avait aidé à se relever sans jamais se plaindre. Il avait fait passer ses besoins avant les siens. Il se demandait bien ce qu’il avait fait de mal pour qu’elle puisse avoir une piètre opinion à son égard.

_________________

I see this life like a swinging vine. Swing my heart across the line in my face is flashing signs. Seek it out and ye shall find. I feel something so right by doing the wrong thing and I feel something so wrong by doing the right thing.
Revenir en haut Aller en bas
Rita Burgess
BLACK PAINT ON A WILD CANVASS
Rita Burgess

Messages : 166
Date d'inscription : 25/08/2014
Célébrité : gabriella wilde
Crédits : my wife (avatar) + gabriellaswildes (gif)
Pseudo : rosieslullaby
Id Card : twenty-five yo, nurse (on vacation)

FIRST RULE: DON'T BREAKDOWN.
Mood: broken
Guilty Pleasures: my husband, flowers, be useful, nature,
Contacts:

≡ won't you share. (cab) Empty
MessageSujet: Re: ≡ won't you share. (cab)   ≡ won't you share. (cab) EmptyDim 4 Jan - 10:35

Rita était emplie de douleur. Elle s'était fermée comme une huître après la perte de leur enfant. Elle n'avait pas laissé Cabell l'approcher pendant plusieurs jours tellement elle se sentait mal et que de termes péjoratifs sur sa propre personne fusaient dans la tête puisqu'elle n'avait pu lui donner l'enfant. Et finalement il avait su l'atteindre. Il était devenu son pilier, son soutien dans cette douleur. On dit que la douleur s'estompe avec le temps, elle avait l'impression que celle-ci ne finirait jamais. Son cœur s'était fissuré ce jour-là et il ne semblait pas qu'elle réussisse à surmonter cela encore aujourd'hui. Elle avait subi des drames dans sa vie; sa mère lui avait été enlevée trop jeune, son frère était mort trop tôt. Son âme en était imprégnée, mais c'est cela qui faisait aussi qui elle est ainsi que sa beauté intérieure. Elle n'aurait pas pensé pouvoir vivre quelque chose de pire. Pourtant, pire était arrivé. Les choses semblaient quelque peu reprendre leur court dans ce nouvel environnement. New York, Manhattan, les Etats-Unis, la patrie de son époux. Pourtant ce soir, elle avait un coup de blues. Ce soir, elle était triste mais ce soir, elle voulait aussi être autre chose...
Ses paroles furent des plus douloureuses pour Cabell, elle le vit dans son regard. Il n'aurait jamais pensé que de tels mots sortiraient de sa bouche. Pourtant, ils l'avaient fait. « C’est vraiment ce que tu penses ? » demanda-t-il. Bien sûr que non. Elle savait que cela l'affectait. Elle savait que les hommes étaient têtus comme des mules lorsque cela venait à leurs sentiments et que ça les rendait plus "viril", plus "homme" de ne montrer aucune émotion, surtout la tristesse et les larmes. «  Tu sais quoi je ne répondrais même pas à ça. » Il s'éloigne d'elle autant physiquement qu'émotionnellement. Elle se rapproche alors de lui pour lui attraper le bras l'obligeant a se retourner alors vers elle. Mais il ne la regarde pas vraiment. Elle pose alors son autre main sur sa joue pour remonter son visage afin de pouvoir plonger ses yeux larmoyants dans les siens. « Tu sais bien que non. Excuse-moi. » Elle inspire profondément et caresse sa joue. Sa voix, d'une immense douceur, finit par se refaire entendre. « Je sais que tu en souffres aussi. Mais tu te souviens. On a juré, pour le meilleur et pour le pire. On a vécu une part du pire. Et tu as été là pour moi comme personne ne l'a jamais été avant, d'une patience inouïe malgré ce que je te faisais enduré et ce que tu endurais. Mais, mon amour, ce n'est pas parce que tu es l'homme que tout le poids doit reposer sur tes épaules. Tu as été mon pilier durant toute cette épreuve. S'il te plait, laisse-moi être le tien. » Elle marqua une pause, ne détournant son regard de lui. « Tu n'en sera pas moins un homme à mes yeux. Tu es déjà le meilleur qui puisse exister. » Elle s'était effondrée durant des semaines, elle qui en avait supporté tellement. Cette perte avait été semble-t-il, la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase. Une accumulation d'évènements qui avaient marqué sa vie. Cabell avait finalement était son soleil dans cette vie, cependant une éclipse s'y était glissée. Certes celle-ci ne tua pas l'étincelle et l'amour qu'elle lui porte, cependant, cela l'avait rendue aveugle durant un laps de temps sans doute trop long. Chacun faisait fasse à la douleur différemment, mais elle s'en voulait terriblement de la façon dont elle avait fait fasse à celle-ci. Bien autrement que ce qu'elle avait fait lors de ses autres pertes. Elle savait pourtant une chose. Lui, elle ne voulait pas le perdre aussi. Jamais. Elle ne pourrait jamais le remercier assez d'avoir été autant insistant.

_________________

Honestly, you wan't to know but you can't. I believe, I want to believe, in anything. Can I come to your house? I'm caught in the ropes and the wires. The sun settles hard in the south. WINTER LIVES IN MY BONES. ≡ stars.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




≡ won't you share. (cab) Empty
MessageSujet: Re: ≡ won't you share. (cab)   ≡ won't you share. (cab) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
≡ won't you share. (cab)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HEADS WILL ROLL. :: MANHATTAN. :: Upper East Side-
Sauter vers: